Skull, idole ou démon?

Le forum pour se retrouver entre pirates de l'espace, échanger vos histoires et discuter avec l'auteur.

Modérateur : Arnaud Cuidet

Fan de Skull
Messages : 1
Inscription : 16/09/2010 14:27:36

Skull, idole ou démon?

Message par Fan de Skull » 16/09/2010 15:03:56

La rumeur enfle depuis quelques mois dans les souterrains glauques d'une station spatiale du coeur de la galaxie... Il se dit que dans les tréfonds des ténèbres, au coeur d'un estaminet de piètre réputation, il existe un être de muscles et d'os plus que de chair, qui glace le sang des plus preux d'un simple haussement de son cadavérique sourcil...

Nous, Garbodonias et moi-même, avons décidé de mener l'enquête en exclusivité pour vous, chers auditeurs de radio ECG. Déguisés en poivrots zélés, nous avons franchi les portes moisies de cette antre de stupre, de luxure, de sang souillé, de sueur grasse et de puces.

Le lieu est d'une coquetterie plus qu'aléatoire et les habitués ressemblent plus à des statues bacchiques qu'à de véritables êtres vivants. Les flots de liqueur captés par leurs gosiers avide chassèrent pourtant de notre esprit les hésitations quant à leur condition d'ivrognes véritables. Des effluves aigres de dégueulis frais vienneent chatouiller nos narines, nous poussant, Garbodonias et moi même, vers le comptoir.

Garbodonias se plaint à mon oreille du nombre inquiétant d'armes à lames plus ou moins longues de ses voisins et me montre d'un doigt crispé une cage au centre de la grande salle ou devait se préparer une rixe du plus grand intérêt au vu des gueulantes poussées allègrement par les consommateurs.

Je questionne un amène barman qui me toise, le regard bonhomme et accepte de me répondre.

"Ohh bah ça ms'ieur, c'est pour eul bon sire Skull savez, par ici, c'est ben l'seul amusement qu'on a nous aut' les ptites gens hein!"

Son ton truculent m'amuse sans que je n'en laisse rien paraître à mon interlocteur.

Alors le sol tremble, les murs vacillent un instant. Une clameur monte jusqu'au plafond de l'établissement. Les ivrognes, les serveuses, les manants et les gourgandines, toute l'assistance se tourne vers la petite mezzanine en hurlant à qui veut ll'entendre "SKULL SKULL SKULL SKULL SKULL SKULL" jusqu'à perdre poumons.

Je tourne la tête afin de juger de ce qui adviendrait et c'est alors que je vis ce mutant superbe, un apollon parmi les siens, une sommité de merveille. Je comprends enfin les vers : Je suis Skull, le roi des rois, contemple mon oeuvre, O tout puissant et désespère"...

Le poète prophétique disait donc vrai.

Il n'a pas fini de déguster son repas, mais il se donne à son public. Superbe, tout en majesté, il pose sa serviette après avoir essuyé les coins de sa bouche et se lève sous les vivas de la foule electrisée. Il descend les marches à un train de sénateur et nous permet de contempler un squelette gigantesque, à crinière de lion, non dénué de muscles, le regard terrible et la carrure. Son rpestige le précède et alors qu'il pose le pied sur le rez de chaussé, une haie d'honneur se forme à son passage.

Le héros, pourtant, ne porte pas haut, et l'orgueil ne transparait qu'à peine. Il s'avance tel un Zeus auréolé d'une calme furie et pénètre dans la cage alors que le speaker s'égosille dans son micro afin d'égrener tous les superlatifs que son maigre cahier de note lui permet de prononcer pour décrire l'immensité de son parangon.

Son adversaire est veule, il tente désespérement de conserver une arme avant d'affronter son bourreau. Il ne le peut, ce combat se fera à main nues. Il est seul et Skull est son dernier compagnon.

Quelques seconde, il n'en faut pas plus à Skull pour massacrer l'importun.

La foule réclame sa mise à mort, mais Skull a la charité chevillée au corps, et si il est costaud, il n'en est pas moins gentleman. Dans un geste de sport suprême, il fait l'éloge de son adversaire piteux et s'en retourne, sous le regard médusé de ses admirateurs qui ne peuvent que le voir remonter les marches d'un air apaisé. Un silence tombe. Puis l'ovation, des centaines de mains qui applaudissent et de hourras qui jaillissent.

L'humble héros se rassoit en compagnie de ses amis, et poursuit son repas alors que, les larmes aux yeux, les convives se pâment un à un devant un tel exemple.

Chers auditeurs, cela sera ma dernière contribution pour radio OCG, mon compagnon est mort d'une lame dans les intestins après avoir critiqué les cancrelats bouillis dans sa bière mais je ne suis plus lié à lui.

Je deviens le Fan de Skull.

Leherau
Messages : 169
Inscription : 22/02/2010 19:59:34

Message par Leherau » 16/09/2010 15:22:05

Mon PNJ chérie ! Comme je suis ému :cry:

Répondre